Blogue

Repas à l’école : la récré avant de manger

Stéphanie CôtéStéphanie Côté
Nutritionniste
Extenso / Nos Petits Mangeurs
14 mars 2017

La cloche sonne l’heure du dîner. Les enfants sortent de classe avec des fourmis dans les jambes et l’envie de bouger. Mais ils vont devoir patienter : l’horaire officiel de l’école prévoit qu’ils vont manger d’abord, avant de sortir pour jouer dans la cour. 

Et si on revoyait cet horaire ?

L’habitude de faire manger les élèves en premier lieu et de les laisser jouer ensuite est ancrée dans nos habitudes depuis des années. Depuis toujours, on dirait. Ça semble normal de vouloir s’assurer que les enfants mangent en priorité. Alors on coche « manger », et on passe à autre chose.

Sauf qu’en y pensant bien, est-ce si naturel ? Personnellement, il m’arrive régulièrement d’aller courir, rouler ou faire du ski sur l’heure du midi. J’ai toujours mangé après m’être entraînée. Je n’imagine pas le contraire ! Et si je me force à l’imaginer, le résultat n’est pas très heureux : précipiter mon repas pour sortir et me sentir inconfortable à courir le ventre plein ? Non merci ! 

Quand j’ai appris qu’il existait des initiatives pour changer les façons de faire dans des écoles, et que l'Association québécoise de la garde scolaire du Québec y a récemment consacré une recommandation de piste d'action, je me suis dit : « bien oui, c’est évident ! ». 

Aux États-Unis, dans les États du Montana et de l’Arizona notamment, certaines écoles ont inversé les périodes de dîner et de jeux sur l’heure du midi. Les enfants sortent dehors au son de la cloche, puis rentrent manger après ce bon bol d’air frais. Une petite modification à l’horaire, rien de plus, mais qui entraîne des bénéfices étonnants : 

  • Les enfants sont plus calmes lorsqu’ils s’installent pour manger et les éducateurs constatent moins de problèmes de discipline. Puisque les enfants ont eu l’occasion de se dégourdir, de lâcher leur fou et faire une coupure avec la classe (où ils étaient assis tout l’avant-midi), on peut aisément comprendre.
  • Les enfants mangent avec plus d’appétit, ils consomment davantage d’aliments nourrissants et ils gaspillent moins. À l’inverse, lorsqu’ils mangent avant d’aller jouer, les enfants ont hâte d’aller prendre l’air et s’amuser avec leurs amis. Ils peuvent être tentés de se dépê
  • Le retour en classe se fait davantage dans le calme et le professeur commence à enseigner plus rapidement. Selon les expériences américaines, on gagne environ 10 minutes d’enseignement par jour.
  • Les enfants sont rassasiés plus longtemps que si le dîner est tôt et ils sont plus concentrés durant l’après-midi. 

J’ai envie de dire : « alors, qu’est-ce qu’on attend ? »

Je sais bien qu’un tel changement se planifie, se prépare et se met en place avec soin… et la collaboration de toute une équipe d’intervenants. Mais ça vaut la peine de l’envisager, qu’en pensez-vous ?

Nos blogueurs

Sylvie Bernier

Ambassadrice Saines habitudes de vie
Québec en Forme


Marin Juneau

Cardiologue et directeur de la prévention
Institut de Cardiologie de Montréal


Stanley Vollant

Chirurgien
Fondateur Innu Meshkenu


Jeanne Robin

Directrice générale adjointe
Vivre en Ville


Jean-Claude Moubarac

Anthropologue et chercheur
en nutrition publique
Université de Montréal


Stéphanie Côté

Stéphanie Côté

Nutritionniste
Extenso / Nos Petits Mangeurs


Suzanne Lareau

Suzanne Lareau

Présidente-directrice générale
Vélo Québec


Denis Marion

Maire de Massueville
Vice-président du RQVVS


Marie-Soleil Cloutier

Professeure
INRS — Centre Urbanisation Culture Société