Un mode de vie physiquement actif à l’école pour favoriser la réussite éducative

Un mode de vie physiquement actif à l’école pour favoriser la réussite éducative

En résumé

Des pistes d’actions

  • Augmenter le temps consacré aux cours d’éducation physique et à la santé
  • Intégrer davantage d’activité physique à l’école
    • 20 minutes d’activité par jour pour tous, en plus des cours d’éducation physique et à la santé
    • Mettre sur pied des séances d’activité physique le matin, avant le début des cours
    • Instaurer des pauses actives en classe
    • Organiser des récréations actives
    • Offrir une variété d’activités parascolaires
    • Encourager le transport actif vers l’école
    • Prévoir des activités qui plaisent aux filles
    • Au secondaire : implanter une option « plein air »

Table des matières

Des faits

La réussite éducative est un concept plus large que la réussite scolaire. Elle englobe la réussite scolaire et la persévérance scolaire.

La réussite éducative constitue la mission de l’école québécoise et elle se décline selon les trois axes suivants :

  • Instruire
  • Socialiser
  • Qualifier[1]

Québec : plus de ¼ des jeunes décrochent sans diplôme ni qualification

  • 27 % des jeunes quittent l’école sans diplôme ni qualification[2].
  • Le gouvernement du Québec veut réduire ce taux à 20 % d’ici 2020[3],[4].

Canada : seulement 7 % des 5-11 ans et 4 % des 12-17 ans font 60 minutes d’activité physique par jour à un niveau d’intensité moyenne à élevée.

Les jeunes Canadiens sont peu actifs et la grande majorité d’entre eux ne satisfont pas aux exigences des Directives canadiennes en matière d’activité physique selon lesquelles il faut bouger au minimum 60 minutes par jour à un niveau d’intensité moyenne à élevée.

Pourcentage de jeunes Canadiens qui font 60 minutes d’activité physique d’intensité moyenne à élevée :

  • 5-11 ans : 7 %
  • 12-17 ans : 4 %[5].

Cours d’éducation physique et à la santé au Québec : des durées hebdomadaires recommandées, mais non obligatoires

Au Québec, depuis 2006, les écoles ont l’obligation d’offrir des cours d’éducation physique et à la santé. Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) n’impose toutefois aucune durée de temps minimale à consacrer à ces cours. Les durées prévues par le régime pédagogique du MELS ne sont que des recommandations et non pas des obligations[6].

Durée recommandée des cours d’éducation physique et à la santé selon le régime pédagogique du MELS

Durée recommandée des cours d’éducation physique et à la santé selon le régime pédagogique du MELS :

Préscolaire : aucune durée n’est recommandée
Primaire : 120 minutes par semaine
Secondaire : environ 150 minutes par cycle de 9 jours

Toutefois, selon la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ), le temps d’éducation physique offert aux élèves est très variable d’une école à l’autre. Au primaire, par exemple, seulement 69 % des écoles inscriraient les 120 minutes hebdomadaires recommandées à leur horaire. Le temps réel moyen estimé serait plutôt de 45 à 60 minutes par semaine[7],[8].

Des pistes d’actions

Activité physique et réussite éducative : des bienfaits scientifiquement prouvés

De nombreux facteurs peuvent influencer la réussite d’un étudiant : les relations familiales, le statut socioéconomique, la consommation de tabac, d’alcool, de drogues, etc. Cependant, des données établissant que la pratique d’activité physique favorise l’apparition de facteurs prédisposant les élèves à l’apprentissage sont convaincantes et continuent de s’accumuler.

Quelques exemples illustrant que la réussite scolaire est liée à l’activité physique, provenant d’études réalisées dans divers pays[9],[10],[11],[12],[13],[14] :

  • Les enfants physiquement plus actifs ont tendance à obtenir de meilleurs résultats scolaires.
  • Les enfants qui sont en bonne forme physique réussissent mieux à l’école.
  • Les pauses et les récréations actives améliorent les performances cognitives et la concentration des élèves en classe.
  • Remplacer les périodes d’éducation physique par des périodes d’enseignement en classe n’améliore pas les résultats scolaires.
  • La pratique d’une activité physique d’intensité moyenne à intense améliore la performance cognitive, la performance scolaire, le comportement et le fonctionnement psychosocial.
  • L’activité physique aérobique accroit la performance des élèves à des tests mesurant les fonctions exécutives (planification, jugement, contrôle, attention, mémoire...).

Activité physique aérobique : des effets réels sur le cerveau

De nos jours, grâce aux techniques d’imagerie par résonance magnétique, les chercheurs peuvent visualiser les effets de l’activité physique sur le cerveau. Ainsi, les enfants à qui on a assigné un programme régulier d’exercices aérobiques présentent une activité plus intense dans les régions cérébrales dédiées à certaines fonctions, comme la planification, le jugement, le contrôle, l’attention et la mémoire. Des résultats similaires ont également été observés après de courtes séances d’exercices aérobiques[12],[15],[16],[17].

Pour en savoir davantage sur ce sujet, consultez L’activité physique a-t-elle vraiment des effets bénéfiques sur la réussite scolaire?

Quelques-uns des effets physiologiques de l’activité physique sur le cerveau[16],[18],[19],[20] :

  • augmentation du débit sanguin cérébral;
  • amplification des ondes alpha associées à l’éveil et la vigilance;
  • amélioration de la communication entre les synapses;
  • plus grande concentration de neurotransmetteurs, en particulier les endorphines et la sérotonine qui réduisent le stress et l’anxiété, entrainant ainsi un effet calmant.

Faire bouger les jeunes à l’école 1 heure par jour à un niveau d’intensité moyenne est une des recommandations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) pour favoriser la réussite scolaire, la santé et le bien-être des jeunes[21]. Voici quelques pistes d’action prometteuses pour y parvenir et accroître le niveau d’activité physique des élèves.

Augmenter le temps consacré aux cours d’éducation physique et à la santé

Rendre obligatoire le temps prescrit à l’éducation physique et à la santé

Plusieurs acteurs du milieu réclament que les durées recommandées par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) pour les cours d’éducation physique et à la santé deviennent obligatoires. Il s’agissait notamment d’une recommandation publiée dans le manifeste 5 recommandations pour permettre aux jeunes d'être plus actifs à l'école par la Coalition québécoise sur la problématique du poids, en février 2013.

Selon la Coalition Poids, le temps consacré aux cours d’éducation physique et à la santé devrait d’ailleurs être beaucoup plus élevé que les recommandations actuelles :

  • 120 minutes par semaine au primaire;
  • 300 minutes par cycle de 9 jours au secondaire[22].

Les écoles ont toute latitude d’augmenter le temps dédié aux cours d’éducation physique et à la santé. Il s’agit d’une piste d’action encouragée par plusieurs experts, au Québec et ailleurs[23],[10]. Durant de nombreuses années, les écoles ont plutôt eu tendance à faire le contraire, c’est-à-dire diminuer la durée des cours d’éducation physique pour augmenter le temps consacré aux matières scolaires. Or, de nombreuses études ont montré que l’augmentation des heures consacrées à l’éducation physique entraine divers effets positifs à l’égard[10],[24],[25] :

  • des habiletés cognitives (par exemple : amélioration de la concentration et de la créativité);
  • de l’attitude (estime de soi et motivation);
  • du comportement en classe;
  • des résultats scolaires (réussite aux tests standardisés ou moyenne scolaire).

Dans une revue de la littérature publiée par le Center of Disease Control des États-Unis, les auteurs notent que parmi 14 études recensées, 3 n’ont pas permis d’établir un lien positif entre l’augmentation des heures consacrées à l’éducation physique et la réussite scolaire. Toutefois, aucun lien négatif n’a été attesté. Il est donc erroné de penser que l’augmentation des heures consacrées à l’éducation physique pourrait nuire à la réussite scolaire des élèves[26].

Depuis plus de 20 ans, l’école primaire Pierre-de-Coubertin, située dans un quartier défavorisé du nord-est de Montréal, offre aux élèves un audacieux programme pédagogique : consacrer le tiers du temps de leur grille-horaire à l’activité physique et aux cours d’éducation physique et à la santé. Ce choix nécessite d’amputer de 14 % le temps réservé à l’enseignement des autres disciplines obligatoires. Et le résultat est particulièrement positif : la moyenne des élèves de cette école figure parmi les plus élevées de sa commission scolaire, tandis que le taux d’absentéisme est très faible[27],[28].

Intégrer davantage d’activité physique à l’école

Pour intégrer davantage d’activité physique à l’école, diverses propositions peuvent être mises en application par les acteurs du milieu.

  • 20 minutes d’activité par jour pour tous, en plus des cours d’éducation physique et à la santé

Intégrer davantage d’activité physique à l’école

L’objectif de faire bouger les jeunes 20 minutes par jour a été expérimenté dans une école primaire de l’Estrie avec le projet Mon école s’active pour réussir[29]. L’intention du projet consiste à ce que chaque élève s’active au moins 20 minutes par jour physiquement, en plus des 120 minutes hebdomadaires consacrées au cours d’éducation physique et à la santé. Ce temps d’activité physique supplémentaire peut être réparti de plusieurs façons à l’intérieur de la grille-horaire : par exemple, un bloc de 20 minutes en début de matinée ou d’après-midi avec tous les élèves de l’école; 4 périodes de 5 minutes pendant les cours (voir la section Offrir des sessions d’activité physique le matin, avant le début des classes) ou encore 2 périodes de 10 minutes, le matin et l’après-midi.

Depuis l’implantation de ce projet, les enseignants ont observé que les élèves ont une meilleure capacité de mémorisation, des aptitudes d’attention et de concentration accrues et respectent davantage les comportements souhaités en classe. Une étude scientifique réalisée par des chercheurs de la Faculté d’éducation physique et sportive de l’Université de Sherbrooke a également confirmé que les élèves de 1re et 2e années qui suivent ce programme d’activité physique 20 minutes tous les matins sont plus attentifs durant la journée que s’ils n’y avaient pas participé[30],[31].

Soulignons que le projet Mon école s’active pour réussir offre des outils en ligne pour les enseignants, c’est-à-dire un répertoire d’activités physiques et un planificateur interactif d’activités.

Imposer une durée minimale pour l’activité physique

En Ontario, depuis 2006, les écoles de 1re à la 8e années doivent offrir au moins 20 minutes d’activité physique soutenue par jour aux élèves, durant les heures d’enseignement[32]. Cette norme ne se limite cependant pas à l’éducation physique et à la santé : les écoles peuvent l’atteindre en combinant diverses interventions pour faire bouger les jeunes pendant 20 minutes par jour.

Toutefois, un bémol doit être mis à cette initiative : les écoles ontariennes ne sont pas obligées d’avoir un enseignant spécialiste de l’éducation physique. Les périodes d’éducation physique ou d’activité physique plus générale sont donc souvent offertes par des titulaires de classe qui n’ont pas reçu une formation professionnelle appropriée, ce qui peut limiter l’efficacité de cette approche[33].

  • Mettre sur pied des sessions d’activité physique le matin, avant le début des cours

Mettre sur pied des sessions d’activité physique le matin, avant le début des cours

À Naperville, dans l’Illinois, une école secondaire a relevé un ambitieux défi en révolutionnant la pratique de l’éducation physique, dans les années 1990. Plutôt que de privilégier les sports d’équipe compétitifs, l’école a choisi d’offrir aux élèves la possibilité d’effectuer individuellement des exercices aérobiques à haute intensité, tous les matins avant le début des cours. Les effets ont été spectaculaires : à la fin du premier semestre, les résultats des jeunes qui avaient choisi d’adhérer à ce programme avaient davantage augmenté que ceux qui ne s’entraînaient pas le matin. Après avoir imposé ce virage à l’ensemble des élèves, cette école secondaire se classait parmi les meilleures au monde dans les examens de certaines matières scolaires[16].

Au Nouveau-Brunswick, un projet pilote est en cours dans 20 écoles. Le Défi du premier ministre vise à offrir une heure d’activité physique par jour à chaque élève. Financé par le gouvernement provincial, ce projet est également soutenu par Canadian Tire, qui fera don d’articles de sport aux écoles sur une période de trois ans. Si les résultats du projet pilote se révèlent positifs, le programme sera étendu à l’ensemble de la province[34].

  • Instaurer des pauses actives en classe

Les pauses actives permettent de faire bouger les élèves pendant les heures de classe, en plus des cours d’éducation physique et des récréations. Ces pauses de 5 à 15 minutes se déroulent dans la salle de classe des élèves et prennent la forme d’exercices aérobiques. Elles visent les objectifs suivants :

  • augmenter le niveau d’attention des élèves;
  • réduire leur stress;
  • rendre la classe plus stimulante et dynamique;
  • accroitre l’intérêt et la motivation des enfants pour l’école et le développement de saines habitudes de vie pour mieux réussir à l’école.

Des études scientifiques ont montré que des séances d’activité physique de plus de 10 minutes produisent des effets positifs sur les habiletés cognitives des élèves, notamment sur la concentration, la mémoire et la résolution de problème, lesquels peuvent perdurer sur une période de 60 minutes[35],[22],[36].

Quelques idées de pauses actives à réaliser en classe :

  • danser au rythme d’une musique entrainante;
  • faire des exercices physiques en apprenant des opérations mathématiques;
  • bouger à une intensité de moyenne à élevée pendant 10 minutes en entrant dans la salle de classe, le matin.

L’implantation de pauses actives ne nécessite qu’un minimum de formation des enseignants. Elles peuvent également être animées par des élèves, préalablement formés à cet effet[40].

  • Organiser des récréations actives

La récréation active est une stratégie gagnante pour inciter les élèves à bouger, selon plusieurs sources consultées. Elle vise à faire davantage bouger les élèves dans la cour de récréation, afin d’augmenter le temps consacré aux activités physiques d’intensité moyenne à élevée. Pour en savoir davantage sur ce sujet, consultez les deux fiches suivantes :

Organiser des récréations actives

Rendre les récréations actives obligatoires

Dans un guide publié en 2013, l’Académie de médecine de l’État de New York suggère de rendre obligatoires les récréations actives. En plus de souligner l’effet positif de l’activité physique sur les résultats scolaires des jeunes, l’Académie mentionne son effet social, qui permet aux enfants de résoudre des conflits et de partager à travers le jeu[37].

  • Offrir une variété d’activités parascolaires

La participation des élèves à des activités physiques parascolaires peut contribuer à leur réussite éducative de trois façons :

  • en améliorant leurs résultats scolaires;
  • en augmentant leurs chances de persévérer jusqu’à l’obtention de leur diplôme;
  • en créant un sentiment d’appartenance à leur établissement scolaire.

Dans une revue de la littérature, le Center of Disease Control des États-Unis a recensé 19 études portant sur les effets bénéfiques des activités physiques parascolaires (extracurricular physical activity studies) : toutes ces études ont montré au moins une association positive entre la participation à de telles activités et la réussite scolaire. À partir de ces résultats, les chercheurs concluent que les autorités scolaires ont tout avantage à créer ou à maintenir de telles activités, sans se soucier qu’elles puissent avoir un effet négatif sur la réussite scolaire des élèves[38].

L’augmentation de l’offre d’activités parascolaires sportives et culturelles constitue également une des 13 voies de la lutte au décrochage scolaire, selon le ministère de l’Éducation, des Loisirs et des Sports du Québec (MELS). Il s’agit de se servir du sport et de l’activité physique pour créer un sentiment d’appartenance chez les jeunes et « leur donner le goût de s’impliquer dans l’école et d’y rester le plus longtemps possible, soit jusqu’à l’obtention de leur diplôme»[39].

Quelques recommandations du MELS[40]

  • Au primaire : éviter la spécialisation hâtive des jeunes en offrant des activités variées où le jeu, les activités expressives et les activités collectives axées sur la coopération et la saine compétition, occupent une place essentielle.
  • Sélectionner des activités en tenant compte des compétences qui sont visées par les cours d’éducation physique et à la santé.
  • Au secondaire : offrir des activités qui ne soient pas uniquement des sports traditionnels ou des activités pratiquées au sein de ligues compétitives.
  • Prévoir des activités orientées vers le plaisir pour motiver les jeunes qui sont moins actifs (comme les jeux coopératifs).
  • Collaborer avec le milieu (ville, centre communautaire, club privé, etc.) pour établir des ententes entre partenaires et permettre aux jeunes qui fréquentent une école à proximité d’installations sportives, comme une piscine ou une patinoire, de les utiliser à certaines heures.
  • Recourir à des bénévoles de la communauté, notamment des parents, pour optimiser la programmation (par exemple, arbitrer un match).

Le basketball contre le décrochage scolaire

Le basketball contre le décrochage scolaire

L’engagement dans des activités sportives parascolaires peut être déterminant dans le parcours scolaire des élèves, surtout dans les milieux défavorisés. Par exemple, le programme d’intervention psychosociale Bien dans mes baskets de l’école secondaire Jeanne-Mance, à Montréal, utilise le basketball parascolaire comme outil de développement personnel des jeunes à risque de délinquance et de décrochage scolaire. Ce programme a reçu en novembre 2013, le prix Coup de cœur de l’Agence pour l’Éducation par le Sport (France)[41],[42].

Le basketball scolaire est aussi un outil d’intervention dans le quartier défavorisé de Spence, à Winnipeg. Ce projet a eu un effet spectaculaire sur la réussite des participants : les élèves de ce quartier ont un taux de réussite variant entre 40 et 50 %, et parmi ceux qui jouent au basketball, 90 % terminent leurs études.

  • Encourager le transport actif vers l’école

Aller à l’école et en revenir à pied ou à vélo fait partie des occasions d’être actif pour les jeunes. Un quartier bien aménagé pour le transport actif et le soutien de Vélo-Québec constituent des pistes d’action pour inciter les élèves à se déplacer à pied.

Pour en savoir davantage, consultez notre fiche Le transport actif vers l’école : une occasion en or de faire bouger les jeunes!

  • Prévoir des activités qui plaisent aux filles

Les statistiques indiquent que, tous pays développés confondus, les filles sont nettement moins actives que les garçons, et ce, à partir du 3e cycle du primaire (5e et 6e années). Pour bien comprendre les besoins des jeunes filles, consultez notre fiche Adolescentes et activité physique : il faut agir

Adhérer à l’approche École en Santé

Fruit d’une entente entre le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), l’approche École en santé (AÉS) couvre plusieurs aspects de la promotion de la santé en milieu scolaire, dont celui de l’activité physique[43].

Les écoles qui l’adoptent profitent d’un soutien organisationnel et d’outils facilitant grandement la mise en œuvre et le succès d’une politique d’activité physique. Environ 40 % des écoles québécoises adhèrent à l’AÉS, mais elles n’ont pas toutes atteint le même stade de déploiement de cette approche.

  • Au secondaire : implanter une option « plein air »

L’implantation d’une option « plein air » dans les écoles secondaires, c’est-à-dire un prolongement ou un enrichissement du programme d’éducation physique et à la santé au profit d’activités de plein air, est une piste d’action encouragée par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et le Conseil québécois du loisir (CQL). L’objectif est de créer des environnements favorables à la pratique d’activités de plein air chez les adolescents et d’augmenter ainsi leur niveau d’activité physique[44].

Le Conseil québécois du loisir note toutefois que l’implantation de cette option est un processus qu’il est préférable de déployer progressivement. Une école peut, par exemple, commencer par offrir quelques activités de plein air de courte durée, puis créer un club de plein air et, éventuellement, intégrer des matières scolaires obligatoires à l’occasion de sorties aérées, avant de mettre officiellement en place une option « plein air »[45].

Pour en savoir davantage sur ce sujet, soulignons que le Conseil québécois du loisir a publié les deux guides suivants : Enseigner le plein air, c’est dans ma nature! et Le plein air, c’est dans ma nature!

L’offre d’activités de plein air est également mentionnée par Kino-Québec comme une piste d’action pour intéresser les adolescentes à la pratique de l’activité physique, puisqu’il s’agit d’activités de plus en plus populaires chez les jeunes filles[46].

D’autres idées pour faire bouger les jeunes au secondaire

Certaines écoles de l’Outaouais expérimentent actuellement d’autres façons d’offrir davantage d’activités physiques aux élèves. La formule varie selon le contexte de chaque milieu. Quelques exemples :

  • des séances d’activités physiques cycliques, d’une intensité moyenne à élevée pendant 20-25 minutes, avant de faire de nouveaux apprentissages;
  • des pauses actives de 5 à 15 minutes;
  • rester debout un certains laps de temps pendant les cours de science.

Les résultats de ces interventions n’ont pas encore été mesurés, mais les observations des enseignants révèlent que leurs effets positifs se font davantage sentir sur les élèves en difficultés d’apprentissage[47].

Pour des idées inspirantes et des sources de financement possibles, voir le site web du programme communautaire pancanadien Actifs à l’école

Qui peut faire quoi?

Pour offrir davantage d’activités physiques aux élèves dans une école primaire ou secondaire, la participation de tous les acteurs de milieu est essentielle. Voici quelques exemples d’actions qui sont à la portée des divers membres d’une équipe-école ou d’une commission scolaire. Ce tableau a été librement inspiré du document de la COALITION QUÉBÉCOISE SUR LA PROBLÉMATIQUE DU POIDS : 5 recommandations pour permettre aux jeunes d’être plus actifs à l’école. Il a été enrichi par Veille Action et revu par Sylvain Turcotte et Mathilde St-Louis-Deschênes.

Des actions pour augmenter l’activité physique et encourager la réussite éducative

ActeursActions possiblesAvantages particuliers

Commission scolaire

  • Encourager les écoles à offrir davantage de cours d’éducation physique et à la santé ou de périodes d’activité physique.
  • Soutenir la mise en œuvre d’initiatives liées à l’activité physique, notamment par le soutien de conseillers pédagogiques.
  • Encourager le transport actif dans la politique des transports scolaires.

Permet d’établir un lien direct avec sa politique sur les saines habitudes de vie (PAG).

Direction de l’école

  • Respecter les recommandations du MELS pour la durée minimale des cours d’éducation physique et à la santé dans la grille-horaire de l’école.
  • Octroyer davantage d’heures au cours d’éducation physique et à la santé (en accord avec le conseil d’établissement).
  • Soutenir la mise en œuvre d’initiatives liées à l’activité physique.
  • Soutenir la formation professionnelle des divers participants.
  • Soutenir les initiatives favorisant le mode de vie actif.
  • Reconnaitre dans la tâche de certains enseignants des dossiers liés l’activité physique.

Encourage la réussite éducative des élèves (habiletés cognitives, attitude, comportements en classe, résultats scolaires).

Facilite la création d’un environnement scolaire actif.

Prévient l’intimidation et la violence dans les écoles.

Enseignant à l’éducation physique et à la santé

  • Participer à l’élaboration et à la promotion d’un mode de vie actif à l’école
  • Accompagner ou soutenir les autres enseignants ou élèves dans la mise en place d’actions facilitant l’adoption d’un mode de vie actif à l’école, pour l’animation de pauses actives en classe, par exemple
  • Coordonner l’organisation des récréations actives (voir notre fiche sur les récréations actives et animées)

Crée un environnement actif à l’école

Établit un partenariat avec les autres intervenants et les élèves

Titulaire de classe ou autre enseignant

  • Offrir des pauses actives, animées par le titulaire de classe ou par des élèves formés à cet effet.
  • Participer à l’élaboration, à l’organisation et à l’animation d’autres périodes d’activités physiques (par exemple, avant le début des cours).
  • Participer à l’élaboration, à l’organisation et à l’animation de récréations actives (voir notre fiche sur les récréations actives et animées).
  • Demander aux élèves de rester debout durant certaines périodes d’apprentissage.

Encourage la réussite éducative des élèves (habiletés cognitives, attitude, comportements en classe, résultats scolaires).

Améliore les habiletés cognitives (concentration, mémoire, résolution de problèmes, etc.).

Responsable du service de garde (écoles primaires)

  • Offrir une grande variété d’activités parascolaires physiques et sportives.
  • Faire la promotion du jeu actif.
  • Prévoir des activités qui plaisent non seulement aux garçons, mais aussi aux filles.

Entraine une meilleure réussite scolaire.

Accroit la persévérance scolaire.

Crée un sentiment d’appartenance à l’établissement scolaire.

Animateur à la vie étudiante ou technicien en loisirs (écoles secondaires)

Offrir une variété d’activités physiques et sportives intramuros et parascolaires.

Mêmes avantages que précédemment

Parents

  • Encourager le milieu scolaire à créer un environnement facilitant l’adoption d’un mode de vie actif.
  • Participer bénévolement à l’animation ou à l’organisation de certaines activités physiques (par exemple, arbitrer un match).
  • Participer régulièrement à l’accompagnement des élèves vers l’école (par exemple, avec un pédibus).
 

Élèves

Participer à l’organisation des récréations ou des pauses actives.

 

Municipalités

  • Faciliter le transport actif vers l’école (par exemple, en sécurisant les corridors scolaires).
  • Partager des infrastructures sportives avec les écoles et les organismes communautaires.
 

Gouvernements

  • Prescrire des durées minimales obligatoires pour les cours d’éducation physiques et à la santé.
  • Mieux financer les activités physiques scolaires et parascolaires.
  • Financer la formation professionnelle des intervenants.
 

Projets et réalisations


Projet Description Groupe d'âge Région Thèmes

Bien dans mes baskets.

Programme d’intervention psychosociale de l’école secondaire Jeanne-Mance, à Montréal, qui utilise le basketball parascolaire comme outil de développement personnel de jeunes à risque de délinquance et de décrochage scolaire.

+-

Ce programme a reçu en novembre 2013, le prix Coup de cœur de l’Agence pour l’Éducation par le Sport (France).

http://www.fondationchagnon.org/fr/que-faisons-nous/projets/projets-en-cours/bien-dans-mes-baskets.aspx

12-17 ans
Montréal (06)
Mode de vie physiquement actif

Conjuguer football et réussite scolaire

En 2007, l´École secondaire Dalbé-Viau, de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, a développé un programme de football qui a permis de réduire drastiquement le taux de décrochage scolaire.

+-

Encouragée par ces résultats extrêmement positifs, l’équipe-école a ensuite multiplié l’offre sportive aux élèves qui peuvent maintenant choisir entre 9 disciplines : basketball, cheerleading, football, hockey, soccer, Ultimate-Fresbee, Flag-Football, danse ou athlétisme. Plusieurs services et installations sportives sont à la disposition des athlètes-élèves.

Pour en savoir plus :

http://www2.csmb.qc.ca/dalbeviau/sports/profil/index.html http://www.forcesavenir.qc.ca/secondaire/finaliste_view/3972

Personne-ressource : Dominique Ménard, coordonnateur des sports,

514.855.4232 #6372   dominique.menard@csmb.qc.ca

12-17 ans
Montréal (06)
Mode de vie physiquement actif

Les Aigles d´Honoré-Mercier

Le programme de football à l´école Honoré-Mercier a été créé en 2003 afin de réduire le décrochage des garçons des 3e, 4e et 5e secondaire, tout en permettant aux élèves en difficultés de vivre des expériences positives sur le terrain.

+-

Au fil des ans, le programme a démontré son succès à favoriser l´engagement et la persévérance scolaire des joueurs des Aigles d´Honoré-Mercier. L’équipe compte également quelques filles!

Pour en savoir plus :

http://honore-mercier.csdm.ca/programmes/

http://honore-mercier.csdm.ca/activites/parascolaires/

14-17 ans
Montréal (06)
Mode de vie physiquement actif

Pauses-action dans la Vallée-de-l’Or

Des intervenants en activités psychomotrices et parascolaires ont conçu des pauses-action pour les élèves de la 1re à la 6e année de la Vallée-de-l’Or, en Abitibi-Témiscamingue. Ces pauses de 15 minutes se déroulent dans les salles de classe et prennent la forme d’exercices d’aérobie.

 

+-

Objectifs :

— augmentation de l’attention des élèves

— diminution du stress

— amélioration de l’ambiance scolaire

— développement de saines habitudes de vie afin de favoriser la réussite éducative

 

Projet soutenu par Québec en forme.

http://www.quebecenforme.org/que-faisons-nous/regroupements-locaux-de-partenaires/les-bons-coups-de-nos-partenaires/pauses-action-dans-la-vallee-de-l-or.aspx

6-17 ans
Abitibi-Témiscamingue
Mode de vie physiquement actif

Programme parascolaire à l’école Royal-Roussillon

À l’école Royal-Roussillon en Abitibi-Témiscamingue, l’ajout de séances d’activité physique parascolaires encourage les jeunes à la persévérance scolaire.

+-

Depuis janvier 2014, une animatrice visite l’école quatre fois par semaine afin de faire bouger davantage les jeunes : le midi, pour les élèves du secondaire, et après les cours, pour ceux du primaire. Parmi les activités sportives au programme, on retrouve entre autres des jeux au gymnase et du patinage libre à l’aréna.

5-17 ans
Abitibi
Mode de vie physiquement actif

Psychomotricité à Rouyn-Noranda

La psychomotricité dans les maternelles de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda.

+-

Le projet a débuté en 2009 :  22 enseignants du préscolaire ont été formés. Depuis, le projet s'est élargi aux éducateurs physiques, aux éducatrices de services de garde en milieu familial et aux éducatrices des CPE. Au total, 150 personnes ont été formées sur le territoire de Rouyn-Noranda.

 

 

Info

Responsable : 

Kim Hurtubise, coordonnatrice Filons Jeunesse

Kim.Hurtubise@rouyn-noranda.ca

1-819-797-7110 poste 7377

Courriel : hurtubisek@csrn.qc.ca

5-6 ans
Abitibi-Témiscamingue (08)
Habiletés motrices, Mode de vie physiquement actif

Révision terrain : Mathilde St-Louis-Deschênes, conseillère en activité physique

Révision scientifique : Sylvain Turcotte, directeur du département de kinanthropologie, Faculté d’éducation physique et sportive, Université de Sherbrooke

Fiche créée le : 21 août 2014

Références

Bibliographie

Notes

1.
QUÉBEC EN FORME. Le point sur les saines habitudes de vie et la réussite éducative. [page consultée le 1er août 2014] 
2.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT. Diplomation et qualification – Par commission scolaire au secondaire – Édition 2013, page 5. [page consultée le 1er août 2014] 
3.
MÉNARD, L. Jacques, et collectif de 59 signataires. « Persévérance scolaire : la partie n’est pas gagnée », Le Soleil, 10 novembre 2013. [page consultée le 1er août 2014] 
4.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT. Lutte contre le décrochage et réussite scolaire. Un objectif : 80 % [page consultée le 1er août 2014] 
7.
ÉDUCATION PHYSIQUE ET SANTÉ CANADA (EPS Canada). Revendication sur la scène canadienne. Québec. [page consultée le 1er août 2014] 
8.
FÉDÉRATION DES ÉDUCATEURS ET ÉDUCATRICES PHYSIQUES ENSEIGNANTS DU QUÉBEC. Augmentation du temps minimum obligatoire en éducation physique, Sherbrooke, 10 décembre 2013. [page consultée le 1er août 2014] 
11.
LEES, Caitlin et Jessica HOPKINS. «Effect of Aerobic Exercise on Cognition, Academic Achievement, and Psychosocial Function in Children: A Systematic Review of Randomized Control Trials», Preventing Chronic Disease, Oct 24, 2013. doi:10.5888/pcd10.130010 
12.
13.
BOOTH, J N, et al. «Associations between objectively measured physical activity and academic attainment in adolescents from a UK cohort», British Journal of Sports Medicine, 22 October 2013. doi:10.1136/bjsports-2013-092334 
14.
ESTEBAN-CORNEJO, Irene, et al. «Independent and Combined Influence of the Components of Physical Fitness on Academic Performance in Youth», The Journal of Pediatrics, 2 June 2014. doi:10.1016/j.jpeds.2014.04.044 
15.
RATEY, John. SPARK: The Revolutionary New Science of Exercise and the Brain, Little Brown and Company, 10 January 2008, chapitre 2. 
16.
HILLMAN, Charles H., et al. «The effect of acute treadmill walking on cognitive control and academic achievement in preadolescent children», Neuroscience, 31 March 2009. doi:10.1016/j.neuroscience.2009.01.057 
17.
CHADDOCK-HEYMAN, Laura, et al. «The effects of physical activity on functional MRI activation associated with cognitive control in children: a randomized controlled intervention», Front. Hum. Neurosci., 12 March 2013. doi:10.3389/fnhum.2013.00072 
18.
INSTITUT CANADIEN DE LA RECHERCHE SUR LA CONDITION PHYSIQUE ET LE MODE DE VIE. Un esprit sain dans un corps sain : matière à réflexion!, édition 12-12/10 [page consultée le 1er août 2014] 
19.
TRUDEAU, François et Roy J. SHEPHARD. «Relationships of Physical Activity to Brain Health and the Academic Performance of Schoolchildren», American Journal of Lifestyle Medicine, vol.4, n°2, mars-avril 2010, p. 138-150. doi:10.1177/1559827609351133 
20.
ST-LOUIS-DESCHÊNES, Mathilde et Dave ELLEMBERG. « L’exercice physique aigu et la performance cognitive chez l’enfant et l’adolescent », Science et Sports, vol. 28, n° 2, avril 2013, p. 57-64. doi:10.1016/j.scispo.2011.10.007 
22.
COALITION QUÉBÉCOISE SUR LA PROBLÉMATIQUE DU POIDS. 5 recommandations pour permettre aux jeunes d’être plus actifs à l’école, février 2013. [page consultée le 1er août 2014] 
23.
CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION. Idem, p. 16-19. [page consultée le 1er août 2014] 
24.
ERICSSON, Ingegerd et Magnus KARLSSON. «Motor skills and school performance in children with daily physical education in school – a 9-year intervention study», Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports, volume 24, n° 2, April 2014, p. 273-278. [page consultée le 1er août 2014] 
25.
EXPERTANSWER. «More physical education in schools leads to better grades, study suggests», ScienceDaily, 23 May 2012. [page consultée le 1er août 2014] 
26.
CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION. Idem, p. 16. [page consultée le 1er août 2014] 
27.
KINO-QUÉBEC MONTRÉAL et DIRECTION DE SANTÉ PUBLIQUE DE MONTRÉAL-CENTRE. Des écoles où ça bouge – Les bons coups en éducation physique, janvier 2005. [page consultée le 1er août 2014] 
28.
CHEVALIER, Richard. « Une heure d’éducation physique par jour : meilleur rendement scolaire! », La Presse, 20 février 2011. [page consultée le 1er août 2014] 
29.
UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. Faculté d’éducation physique et sportive. Mon école s’active pour réussir. 20 minutes d’activité par jour. [page consultée le 1er août 2014] 
31.
BERRIGAN, Félix. Physical Activity Before Class Enhances Attention During the School Day, présentation faite au Global Summit on the Physical Activity of Children, Toronto, 19‐25 mai 2014. 
32.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. « Activité physique quotidienne dans les écoles élémentaires, de la 1re à la 8e année », Politique/Programmes Note n° 138. [page consultée le 1er août 2014] 
33.
PATTON, Ian, et al. Falling Short! Evaluating the Daily Physical Activity Program in Ontario Elementary Schools, présentation faite au Global Summit on the Physical Activity of Children, Toronto, 19‐25 mai 2014. 
34.
GOUVERNEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Lancement du Défi du premier ministre qui vise à offrir à chaque élève une heure d’activité physique par jour, Fredericton, 3 décembre 2013. [page consultée le 1er août 2014] 
35.
WHITT-GLOVER, Melicia C., et al. «Do Short Physical Activity Breaks in Classrooms Work?», Active Living Research, February 2013. [page consultée le 1er août 2014] 
36.
CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION. Idem, p. 21-23. [page consultée le 1er août 2014] 
38.
CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION. Idem, p. 21-23. [page consultée le 1er août 2014] 
39.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT. Lutte contre le décrochage et réussite scolaire. Voie 9 – Augmenter l’offre d’activités parascolaires sportives et culturelles. [page consultée le 1er août 2014] 
40.
41.
FONDATION LUCIE ET ANDRÉ CHAGNON. Bien dans mes baskets. [page consultée le 1er août 2014] 
43.
GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. L’approche École en santé. [page consultée le 1er août 2014] 
44.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT, CONSEIL QUÉBÉCOIS DU LOISIR ET LEURS PARTENAIRES. Ados plein air – Création d’environnements favorables à la pratique d’activités de plein air chez les adolescents. [page consultée le 1er août 2014] 
45.
CONSEIL QUÉBÉCOIS DU LOISIR. Enseigner le plein air, c’est dans ma nature!, Manuel d’implantation et de développement d’options plein air dans les écoles secondaires du Québec, 2012, page 11. [page consultée le 1er août 2014] 
46.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT. L’activité physique et sportive des adolescentes : bilan, perspectives et pistes d’action, 2013. [page consultée le 1er août 2014] 
47.
Entretien téléphonique avec Mélanie Huard, personne-ressource régionale pour les élèves ayant des difficultés d’apprentissage au premier cycle du secondaire, Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais, 30 juin 2014.