Les récréations: les structurer et les animer pour encourager le jeu actif

animer les cours d'écoles

Résumé

Les faits

  • Les écoliers canadiens passent en moyenne 34 minutes par jour en récréation.
  • À peine la moitié des enfants sont physiquement actifs pendant la récréation.
  • Les activités physiques compétitives et collectives traditionnellement offertes à la récréation, comme le ballon-chasseur, le soccer, etc., n’intéressent pas tous les jeunes, particulièrement les filles.
  • Les filles sont souvent plus intéressées par les activités physiques collectives ou individuelles qui ont aussi une dimension artistique.

Des pistes d’actions

  • Former un comité pour élaborer une programmation de jeux et d’activités afin d’inciter les jeunes à être physiquement actifs pendant la récréation.
  • Impliquer de jeunes leaders dans l’animation et l’encadrement des récréations.
  • Proposer une variété de jeux et d’activités animés et supervisés par des adultes ou de jeunes leaders formés pour le faire.
  • Offrir de la formation aux jeunes leaders et aux adultes responsables d’animer la cour d’école.
  • Varier l’offre et la programmation des jeux et activités proposés dans la cour d’école.
  • Concevoir des récréations qui plairont aussi aux filles, en intégrant des activités physiques à caractère artistique.

Les effets bénéfiques

  • Plus de jeu actif
  • Les jeunes 2 fois plus nombreux à participer
  • Amélioration des facteurs prédisposant les élèves à la réussite scolaire
  • Un meilleur climat à l’école

Table des matières

Des faits : zoom sur la récréation

Une moyenne de 34 minutes par jour en récréation

Les enfants canadiens passent en moyenne 34 minutes par jour en récréation [1][2][3]:

  • 17 minutes à la récréation du matin (entre 5 à 25 minutes)
  • 17 minutes à la récréation de l’après-midi (entre 5 à 45 minutes)

Note : ces durées sont très variables d’une école à l’autre.

Au Québec, il n’existe pas beaucoup de données permettant de dresser un véritable portrait du temps que les écoliers passent dans leur cour d’école et en récréation.

Dans la région de Montréal en 2000, les écoliers disposaient en moyenne de 22 minutes de récréations par jour. Seulement la moitié (49 %) des écoles montréalaises offraient 2 récréations par jour[4].

La récréation à réhabiliter

Depuis les années 1980, les autorités de santé publique de plusieurs pays occidentaux ont constaté une nette diminution du temps de récréation.

Le Québec n’échappe pas à cette tendance. Parmi les raisons invoquées par les écoles pour justifier ce changement, on retrouve des contraintes d’horaire, de logistique ou de sécurité[4].

Préoccupée par cette réalité, l’American Academy of Pediatrics a émis en janvier 2013 un énoncé de principes dans lequel elle rappelle que la récréation est un complément essentiel de l’éducation et qu’elle entraîne de nombreux bénéfices pour la santé physique et psychologique des enfants[5].

Les écoliers ne bougent pas suffisamment pendant la récréation

Au primaire, à peine la moitié des écoliers sont physiquement actifs pendant les périodes de récréation[6].

De manière générale, les jeux collectifs physiques et compétitifs, traditionnellement offerts dans les récréations (ballon-chasseur, soccer, etc.), rejoignent davantage les garçons que les filles[7][8].

Les garçons plus actifs que les filles. Les garçons participent davantage à des activités physiques d’intensité moyenne ou élevée que les filles. Une étude britannique a calculé que les garçons sont physiquement actifs durant 32,9 % de leur temps de récréation, contre 23 % pour les filles[9].

Une étude canadienne conclut également que les filles sont moins actives physiquement que les garçons durant la récréation et l’heure du lunch[10]. Plus les enfants avancent en âge, et moins les filles sont physiquement actives dans la cour d’école. Les filles sont souvent plus intéressées par les activités physiques qui ont aussi une dimension artistique[11] . (Pour en savoir davantage sur l’activité physique chez les adolescentes, voir notre fiche Adolescentes et activité physique chez les filles : il faut agir)

N.B. Les habiletés motrices des enfants ainsi que leurs compétences physiques peuvent également influencer leur participation à des activités physiques d’intensité moyenne ou élevée[12][9].

Des pistes d’actions

Les activités sportives et le jeu actif à la récréation représentent d’excellentes occasions de dépenser de l’énergie et peuvent aider les écoliers à atteindre les recommandations en matière d’activité physique chez les jeunes.

Pour que cette dépense énergétique soit significative, des spécialistes recommandent que les enfants participent à des activités physiques d’intensité moyenne ou élevée pendant au moins 40 % du temps de récréation[12].

L’encadrement et l’animation des récréations par des adultes et par de jeunes leaders représentent de bonnes pratiques pour encourager un maximum de jeunes à jouer activement.

Divers scénarios de réaménagement physique des cours d’école permettent également d’inciter les jeunes à être physiquement plus actifs pendant la récréation. (À ce sujet, consultez notre fiche Aménager une cour d’école pour encourager le jeu actif)

Voici des pistes d’actions

Former un comité

Pour bien planifier et animer les périodes de récréation, la participation active de différents acteurs du milieu est déterminante.

C’est pourquoi le guide Ma cour, un monde de plaisir! de Kino-Québec encourage fortement la formation d’un comité responsable de la cour d’école. Ce comité sera responsable de prendre diverses décisions relativement à l’organisation des récréations, notamment de décider qui seront les responsables de l’organisation des jeux et quel sera le modèle de participation à ces activités.

La formation de ce comité variera selon les milieux, mais il est recommandé qu’il rassemble des membres de l’équipe-école avec des élèves du 3e cycle. Étant donné leur expertise particulière, les enseignants en activité physique s’avèrent souvent des ressources de choix pour jouer un rôle central au sein de ce comité. Si pour une raison ou pour une autre ils ne sont pas disponibles pour assumer cette responsabilité, il demeurera toutefois important de les consulter pour le choix et l’organisation des activités[13].

L’importance de la mobilisation
Sensibiliser le milieu à l’importance des récréations est également primordial, comme l’a démontré une étude américaine publiée en 2012 : la sensibilisation et l’engagement d’une communauté sont positivement associées au succès des interventions visant à stimuler l’activité physique dans les cours d’écoles[14].

Dans l’évaluation du projet-pilote Ma cour d’école active et animée, l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal mentionne également que la motivation et la mobilisation du milieu représentent d’importantes conditions de réussite à la réalisation d’un projet de cour d’école[15].

Une étude norvégienne réalisée dans des écoles secondaires a démontré que les étudiants sont plus actifs durant la récréation dans les écoles qui ont une politique écrite de promotion de l’éducation physique[16].

Impliquer les jeunes dans la programmation et l’animation de la cour d’école

Dans son guide Ma cour, un monde de plaisir!, Kino-Québec encourage les comités de cour d’école à impliquer de jeunes leaders dans la programmation et l’animation des périodes de récréation.

Ces jeunes leaders seront sélectionnés en fonction de certains traits de caractère et de leur comportement, indépendamment de leurs performances scolaires.

Diverses formules de recrutement sont possibles : tirage au sort, sélection par les adultes, sélection par le comité, sélection par les élèves, etc. Il revient au comité d’école, en collaboration avec l’équipe-école, de choisir le processus de sélection.

Les jeunes leaders peuvent jouer différents rôles :

  • animateur ou animatrice de jeux
  • responsable du matériel
  • médiateur ou médiatrice
  • ambulancier ou ambulancière
  • parrain ou marraine de nouveaux jeunes leaders[17]

Le rôle des jeunes leaders

« Être jeune leader favorise le développement des compétences sociales ainsi que des habiletés en leadership, en organisation et en communication. Cela permet de mettre à contribution plusieurs objectifs pédagogiques, notamment la pédagogie par projets et l’apprentissage coopératif.

Dans ce contexte, les jeunes leaders sont appelés à s’impliquer, en équipe ou individuellement, à certains moments durant la semaine. »

Kino-Québec

Dans un autre guide détaillé, Play to Learn: Active Recess Through Systematic Supervision, le conseil scolaire de Minneapolis encourage également les écoles à faire appel à de jeunes leaders pour animer les récréations[18].

Dans le même ordre d’idées, le programme américain Playworks (voir ci-dessous) offre quant à lui le programme Junior Coaches[19].

Proposer une variété de jeux et d’activités animés et supervisés

Ma cour: un mon de de plaisir! Dans son guide Ma cour : un monde de plaisir!, Kino-Québec souligne aussi que les adultes peuvent jouer différents rôles complémentaires dans l’encadrement et l’animation des cours d’école :

  • surveillant ou surveillante : peu importe le type d’encadrement ou d’animation choisi, la surveillance active de la cour de récréation demeure toujours de mise.
  • accompagnateur ou accompagnatrice de jeunes leaders : les enfants sélectionnés pour animer les périodes de récréation ont besoin d’être guidés et encadrés. Cette supervision variera toutefois en fonction de différents facteurs (âge, personnalité, responsabilités, ...)
  • animateur ou animatrice de jeux : l’animation de certaines périodes de récréation peut être prise en charge par certains adultes, par exemple un enseignant, un éducateur du service de garde ou un parent bénévole. Ces personnes doivent toutefois être adéquatement formées[20]. À ce titre, l’enseignant en éducation physique s’avère certainement une ressource inestimable.

Une revue systématique de la littérature scientifique publiée en 2012 sur l’efficacité des diverses formes d’intervention dans les récréations souligne également que l’implication des adultes (professeurs ou autres membres du personnel scolaire) dans l’encadrement et l’animation des récréations est une des mesures les plus efficaces pour stimuler les jeunes à bouger activement dans la cour d’école[21].

Organiser l’utilisation du matériel ou le prêt d’équipements de jeux

L’organisation de l’utilisation du matériel est très importante. L’achat, la disponibilité et l’organisation des équipements de jeux peuvent rapidement devenir des freins s’ils n’ont pas été prévus.

Pour faciliter cette organisation, de jeunes leaders peuvent être nommés responsables de l’utilisation du matériel[22].

Une étude américaine réalisée dans 12 écoles primaires et publiée en 2012 souligne qu’une intervention visant à stimuler le jeu actif dans la cour d’école telle que la formation du personnel est plus efficace si elle est combinée avec le prêt d’équipements de jeux. Les auteurs ont observé que lorsque l’intervention se résume à la formation du personnel, elle ne permet pas d’obtenir les mêmes résultats sur le plan de l’augmentation de l’activité physique chez les écoliers[23].

La méthode de supervision systématique

Il s’agit d’une technique de surveillance qui vise à réduire les problèmes dans la cour d’école et à accroître la coopération entre les élèves. Certains experts américains recommandent que les adultes responsables de la cour d’école l’utilisent.

Cette méthode inclut notamment les 4 points suivants :

  • être actif
  • utiliser le renforcement positif
  • répondre rapidement aux problèmes
  • communiquer efficacement[23]

Offrir de la formation aux jeunes leaders et aux adultes qui animent la cour d’école

Pour s’assurer de la qualité de l’animation offerte aux élèves dans la cour d’école, il est recommandé d’offrir de la formation ou des séances de perfectionnement aux jeunes leaders et aux adultes responsables de ces séances d’animation. Cette formation peut être offerte par l’enseignant en éducation physique, mais d’autres formules sont également possibles :

  • L’exemple du plan d’action Bouger une heure par jour (Montréal)
    Certaines commissions scolaires offrent aux écoles de faire appel à un intervenant spécialisé pour cette formation. C’est notamment le cas de la Commission scolaire de Montréal, avec le plan d’action Bouger une heure par jour. (voir ci-dessous, dans la section Projets dans la communauté).
  • L’exemple de Recess Guardians (Saskatchewan)
    Offert par la Saskatchewan Blue-Cross, ce programme vise à encourager les jeunes à jouer activement dans la cour d’école. Un entraîneur se rend à l’école pour 6 à 8 périodes échelonnées sur 2 semaines, pour former de jeunes leaders à diverses formes de jeux actifs, afin que ces jeunes transmettent ensuite ces nouvelles compétences aux autres élèves dans la cour de récréation. En 2011-2012, le programme a été offert dans plus de 40 écoles de Saskatoon[24].
  • L’exemple de Sports4Kids / Playworks (États-Unis)
    Depuis 1996, l’organisme sans but lucratif Playworks (au départ nommé Sports4Kids) fait la promotion d’un mode de vie sain et actif dans les milieux scolaires. La récréation est un des lieux d’intervention privilégiés par cette organisation.
    En 2012-2013, Playworks était présent dans 840 écoles réparties dans 22 villes américaines. Dans plus de 350 de ces écoles, principalement situées en milieux économiquement très défavorisés, Playworks offre une présente permanente, avec un entraîneur à temps plein.
    Pour les autres écoles, la transmission de l’expertise passe par la formation des adultes qui travaillent dans les écoles. L’approche Playworks inclut également le recours à de jeunes leaders par l’entremise de son programme Junior Coach[25]

Varier l’offre et la programmation des jeux et activités proposés dans la cour d’école

Le guide Ma cour : un monde de plaisir! souligne l’importance de varier la programmation des jeux et activités sur une base régulière et d’effectuer une rotation dans l’offre de jeux[26].

Il importe également d’encourager la réalisation d’activités variées, d’adapter celles-ci aux différentes saisons et de s’assurer qu’elles répondent aux intérêts et aux capacités des élèves[27].

  • Banques de jeux
    Il existe différentes banques de jeux. Kino-Québec en offre une dans la trousse Ma cour : un monde de plaisir!, mais il en existe également d’autres en ligne :
    - Le répertoire d’activités physiques de l’Université de Sherbrooke
    - Le grand recueil des jeux de cours d’école, sur le site de la Commission scolaire de Laval
    - Le répertoire de jeux de l’organisme américain Playworks (voir plus bas pour plus de détails sur Playworks)
  • Adapter la programmation à la saison hivernale
    Que ce soit au primaire ou au secondaire, les jeunes ont tendance à être moins physiquement actifs pendant l’hiver. Il faut donc aussi prévoir une variété d’activités hivernales au programme de la cour d’école.
    Au primaire :
    - montagnes pour glisser dans la neige
    - soccer sur neige
    - hockey
    Au secondaire :
    - parties de balle-molle ou de golf sur la neige
    - planche à neige sur une butte de neige aménagée à cet effet
    - cliniques d’initiation à la raquette ou au ski de randonnée[28]

L’animation de la cour d’école à l’école secondaire

Les cours d’école secondaire peuvent elles aussi être animées pour encourager les jeunes à être physiquement actifs. À titre d’exemple, on peut offrir toute une gamme d’activités non traditionnelles ou non compétitives pour motiver un maximum d’étudiants.

Mais elle doit tenir compte d’une contrainte importante : le temps libre des étudiants est habituellement dédié aux changements de local. La programmation d’activités devrait donc davantage cibler les périodes du midi et après les classes.

Quelques exemples de jeux populaires au secondaire :

  • volleyball sur sable
  • aki
  • danse aérobique à l’extérieur
  • séances de patins à roues alignées sur musique

Concevoir des récréations qui vont aussi plaire aux filles

On recommande d’abord de consulter les filles afin de planifier des activités qui les intéresseront. Les activités qui font appel à la dimension artistique et individuelle sont souvent fort appréciées des jeunes filles : danse, corde acrobatique, arts du cirque, claque (cheerleading), zumba[29].

Un exemple inspirant

Pour stimuler les filles à bouger davantage pendant la récréation, l’école Sainte-Louise-de-Marillac a mis en place une pratique originale : les récréations dansantes. Trois fois par semaine, environ 35 filles répètent au gymnase durant les récréations. Leurs chorégraphies sont ensuite présentées à l’école à l’occasion d’événements spéciaux[30].

Les effets bénéfiques

Les bienfaits de la récréation

Une récréation active procure de nombreux bienfaits aux écoliers. Et ces bienfaits dépassent largement la dimension physique.

De nombreuses recherches ont démontré que la récréation entraîne des bénéfices sur les plans intellectuel et social. On note que lorsque les enfants reviennent en classe, ils sont moins agités, plus concentrés et plus réceptifs aux nouveaux enseignements[30][31].

C’est d’ailleurs pour quoi il est déconseillé de priver les enfants de leur temps de récréation, que ce soit pour rattraper des apprentissages scolaires ou en guise de punition[32][33].

Voici des résultats tirés d’études scientifiques qui démontrent les effets bénéfiques de l’encadrement et l’animation des récréations sur le temps d’activité physique chez les jeunes ainsi que sur la qualité de la vie scolaire.

1. Résultat : plus de jeu actif

Une étude réalisée avec des écoliers de 3e année dans 2 écoles primaires américaines, sur une durée de 9 semaines, a démontré qu’une récréation structurée permet d’augmenter de 8 minutes le temps consacré par les élèves à des activités physiques d’intensité moyenne à élevée. Sur une période de récréation de 30 minutes, il s’agit d’une augmentation de 23 % à 49,7 % du temps consacré à ce type d’activités par rapport à la durée totale de la récréation[34].

2. Résultat : les jeunes 2 fois plus nombreux à participer

Une étude publiée aux Pays-Bas en janvier 2013 a fait la preuve de l’efficacité du programme PLAYgrounds. Ce programme combine un réaménagement physique de la cour d’école par un marquage au sol avec le prêt d’équipements de jeux et l’animation des récréations par des adultes afin d’encourager les jeunes à jouer plus activement. Résultats : dans les écoles où le programme a été implanté, les écoliers étaient proportionnellement 2 fois plus nombreux à participer à des activités physiques d’intensité moyenne à élevée (77,3 %) par rapport aux groupes témoins où le programme n’avait pas été mis en place (38,7 %). L’effet du programme s’est avéré plus important chez les filles que chez les garçons[35][36].

3. Résultat : amélioration de facteurs prédisposant les élèves à la réussite scolaire

Plusieurs études montrent que le temps passé en récréation peut avoir un effet bénéfique sur la réussite scolaire des élèves.

  • Une étude publiée dans la revue Pediatrics en 2009 a notamment montré que les enfants qui ont droit à une récréation quotidienne de plus de 15 minutes sont plus attentifs en classe[37].
  • Une revue de la littérature scientifique publiée en 2010 va dans le même sens : une récréation active a des effets bénéfiques sur plusieurs aspects pouvant influencer la performance scolaire des élèves, comme la concentration, l’attention et le comportement en classe[38].

4. Résultat : un meilleur climat à l’école

Une évaluation de type étude aléatoire par grappes du programme américain Playworks[39] (voir description ci-dessus), réalisée dans 25 écoles, indique que les interventions pour encadrer et structurer les récréations améliorent la qualité de vie à l’école et le comportement des enfants en classe :

  • Réduction de l’intimidation et augmentation du sentiment de sécurité des élèves dans la cour d’école.
  • Diminution de 27 % du temps nécessaire à la transition entre la récréation et les périodes d’apprentissage.
  • Amélioration du comportement et de l’attention des élèves en classe.

Une autre recherche, visant à évaluer le succès de l’implantation du programme Playworks dans 6 écoles californiennes, a fait ressortir des bénéfices semblables, notamment au plan de la réduction des conflits dans la cour d’école. Cette étude a également démontré l’efficacité du programme Junior Coaches pour stimuler le leadership positif et améliorer les relations entre les élèves dans la cour d’école[21].

Jouer avant de manger : une innovation alléchante!

recess before lunchDepuis 2002, un mouvement prend de l’ampleur aux États-Unis : Recess Before Lunch.

Cette approche encourage les écoles à placer la période de jeux extérieurs du midi avant la période consacrée au repas, tandis que la norme est plutôt l’inverse, soit faire sortir les enfants après qu’ils aient mangé.

Des études révèlent que cette pratique contribue à obtenir plusieurs effets bénéfiques :

  • Les enfants arrivent plus calmes à la cafétéria et mangent avec meilleur appétit.
  • Ils consomment davantage de fruits et légumes.
  • Ils boivent plus de lait.
  • Ils gaspillent moins de nourriture.
  • Ils reviennent en classe plus réceptifs et plus disposés à l’apprentissage[40][41][42].

Projets dans la communauté


Projet Description Groupe d'âge Région Thèmes

Bouger une heure par jour

Depuis 2006, dans le cadre de son plan d’action Bouger une heure par jour, la Commission scolaire de Montréal fait beaucoup d’efforts pour inciter les communautés scolaires à faire la promotion d’un mode de vie actif.

+-

La cour d’école ayant été ciblée comme un lieu d’intervention privilégié, une conseillère pédagogique travaille activement à former les intervenants des écoles et les accompagner entre autres dans l’aménagement, l’organisation, l’animation et l’encadrement des élèves dans la cour.

 

Un projet-pilote de la commission scolaire, Ma cour active et animée, a d’ailleurs contribué à l’élaboration du programme Ma cour : un monde de plaisir! de Kino-Québec. Sur les 123 établissements primaires de cette commission scolaire, 70 ont déjà suivi la formation Ma cour : un monde de plaisir! et ont entamé des projets de cours d’école.

 

Info

Commission scolaire de Montréal, Bureau des services éducatifs complémentaires

Responsable : Marie-Hélène Guimont, conseillère pédagogique, en éducation physique et à la santé

Téléphone : 514 596-6000, poste 1114

6-12 ans
Montréal
Activité physique

École Saint-Guillaume

En 2014, la cour de l’école Saint-Guillaume a été réaménagée par 6 étudiantes en Techniques d’éducation spécialisée.

+-

Les 6 finissantes en Techniques d’éducation spécialisée au Cégep régional de Lanaudière à Joliette devaient mettre sur pied un projet durable. Le projet s’est échelonné de la période du mois de janvier à mai. Elles ont choisi l’école Saint-Guillaume, située à L’Épiphanie, pour leur projet novateur.

Leur priorité était de faire bouger les élèves. En partenariat avec Santé vous en forme, elles ont amassé les fonds nécessaires pour égayer l’environnement physique des enfants. Elles ont peint des cibles au mur et des zones de jeux à l’aide de couleurs stimulantes. Elles ont créé un comité d’élèves qui anime des activités pour les autres enfants lors des récréations.

De plus, elles ont travaillé en collaboration avec les surveillantes du milieu pour qu’elles animent des jeux à l’heure du dîner.

Info

 

450 492-3592

saint-guillaume@csaffluents.qc.ca

5-12 ans
Joliette
Mode de vie physiquement actif

Ma cour : un monde de plaisir!

Conçu par Kino-Québec, le guide « Ma cour : un monde de plaisir! » s’adresse aux écoles primaires qui souhaitent mettre en oeuvre un projet pour revitaliser leur cour d’école.

+-

Ce guide propose une démarche détaillée pour les écoles qui souhaitent entamer ou poursuivre un projet cour d’école dans le but d’encourager les élèves à être physiquement actifs, de s’assurer de leur offrir un environnement sécuritaire et de favoriser les relations harmonieuses entre les élèves.

Le guide comprend 5 cahiers thématiques ainsi qu’une banque de jeux et un CD-Rom. Pour obtenir de guide, il faut communiquer avec un conseiller régional de Kino-Québec et s’engager à suivre un atelier de formation.Le guide « Ma cour : un monde de plaisir! » propose une démarche détaillée pour concevoir ce projet qui veut inciter les jeunes à être physiquement plus actifs dans la cour d’école.

 

Info

Site web

Kino Québec, coordination nationale : 418 646-6137, poste 3657

Conseillers régionaux

6-12 ans
Toutes
Mode de vie physiquement actif

Rédaction : Veille Action

Révision terrain : Mathilde St-Louis Deschênes, conseillère en mode de vie physiquement actif, Québec en Forme

Révision scientifique : Olivier Tessier, éducateur physique et à la santé, et Sylvain Turcotte, directeur du département de kinanthropologie, Faculté d'éducation physique et sportive, Université de Sherbrooke

Fiche créée le : 10 juin 2013

Références

Les liens hypertextes menant vers les sites extérieurs ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu'un lien devienne introuvable. Le cas échéant, veuillez utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.

Photo

Photo utilisée avec la permission de la Commission scolaire des Affluents

Bibliographie

Notes

1.
Dyment, J.E. et Bell, A.C. Grounds for movement : green school grounds as sites for promoting physical activity. Health Education Research 2008 23(6)952-962. 
2.
Duranceau, A et Bergeron, P, Topo : L’environnement bâti et la pratique d’activité physique chez les jeunes. Institut national de santé publique du Québec. 2011. www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1230_EnvironBatiActivitePhysiqueJeunes.pdf 
3.
Morin, Demers et Grand’Maison. Enquête sur l’offre alimentaire et d’activité physique dans les écoles du Québec : Principaux constats à l’égard de la politique-cadre. 2011. 
4.
Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre, Les enfants montréalais et l’activité physique à l’école primaire. Direction de la santé publique. [Consulté le 10 avril 2013] www.dsp.santemontreal.qc.ca/fileadmin/documents/dossiers_thematiques/Jeunes/Activite_physique_scolaire/act_physiquev.pdf 
5.
The Crucial Role of Recess in School. Pediatrics. Vol. 131 No. 1 January 1, 2013 pp. 183 -188. http://pediatrics.aappublications.org/content/131/1/183.full.html 
6.
Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (2009). Perceptions du milieu scolaire concernant l’animation et l’aménagement des cours d’école au primaire dans la région de la Capitale-Nationale (page 21) 
7.
Paquet-Gagnon, Pier-Anne. Étude qualitative : ma récré préférée, novembre 2004, p.117-118. 
8.
Ridgers ND, Stratton G, et al. Physical Activity Levels of Children during School Playtime. Sports Medicine, 36(4), 359–371, 2007. 
9.
Ridgers ND, Stratton G, et al. Assessing physical activity during recess using accelerometry. Prev Med. 2005 Jul;41(1):102-7. Epub 2004 Dec 18. www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0091743504005468 
10.
Nettlefolds, et al. The challenge of low physical activity during the school day: at recess, lunch and in physical éducation. Br J Sports Med 2011 Aug;45(10):813-9. doi: 10.1136/bjsm.2009.068072. Epub 2010 Mar 9. 
11.
Kino-Québec. L’activité physique et sportive des adolescentes : bilan, perspectives et pistes d’action (2013). Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. 
12.
Ridgers ND, Stratton G, et al. Physical Activity Levels of Children during School Playtime. Sports Medicine, 36(4), 359–371, 2007. 
13.
Kino-Québec. 2009. Ma cour : un monde de plaisir! Guide pour l’aménagement, l’organisation et l’animation de la cour d’école (école primaire). Volet 3, page3 
14.
Ehlers, Huberty, Beseler. « Is school community readiness related to physical activity before and after the Ready for Recess intervention? » Health Education Research Advance Access, octobre 2012. 
15.
Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. 2011. Regard sur les conditions d’implantation du programme Ma cour d’école active et animée - Point de vue des écoles ayant participé au projet pilote. Isabelle Denoncourt. [Consulté le 2 avril 2013] http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/bs2066446 
16.
Ellen Haug, Torbjørn Torsheim, et al. Local school policies increase physical activity in Norwegian secondary schools. Health Promotion International. Novembre 2009 [Consulté le 20 mars 2013] http://heapro.oxfordjournals.org/content/25/1/63.full 
17.
Kino-Québec (2009). Ma cour : un monde de plaisir! Guide pour l’aménagement, l’organisation et l’animation de la cour d’école (école primaire). Volet 4. 
18.
Minneapolis Department of Health and Family Support (2012). Play to Learn : Active Recess Through Systematic Supervision. A guide to promote active, safe and fun recess. [consulté le 17 avril 2013] http://sss.mpls.k12.mn.us/uploads/ar_toolkit_-_revised_fall_2012_2.pdf 
19.
London, Mallonee, et al. Playworks Implementation in Eight Bay Area Elementary Schools: Final Report. John W. Gardner Center for Youth and Their Communities. 2010. http://gardnercenter.stanford.edu/resources/reports/4632.63651.finalreport.pdf 
20.
Ma cour : un monde de plaisir ! Guide pour l’aménagement, l’organisation et l’animation de la cour d’école (école primaire). Kino-Québec. 2009. Volet 4. 
21.
Ickes, Erwin et Beighle. Systematic Review of Recess Interventions to Increase Physical Activity. Journal of Physical Activity & Health. Mars 2012. 
22.
Kino-Québec (2009). Ma cour : un monde de plaisir! Guide pour l’aménagement, l’organisation et l’animation de la cour d’école (école primaire). Volet 4, page 7. 
23.
Huberty, Beets, et al. Effects of Ready for Recess, An Environmental Intervention, on Physical Activity in 3rd-6th Grade Children. Journal of Physical Activity & Health. Septembre 2012. 
24.
www.recessguardians.com et www.saskatchewaninmotion.ca [Cconsultées le 28 janvier 2013] 
25.
www.playworks.org [consulté le 18 avril 2013] 
26.
Kino-Québec (2009). Ma cour : un monde de plaisir! Guide pour l’aménagement, l’organisation et l’animation de la cour d’école (école primaire). Volet 3 
27.
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Gouvernement du Québec (2007). Fiche thématique 5 – Aménagement et animation de la cour d'école au primaire. Politique-cadre pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif : Pour un virage-santé à l'école [Consultée le 22 mai 2013] www.mels.gouv.qc.ca/sections/viragesante/index.asp?page=fiche5 
28.
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Gouvernement du Québec (2007). Fiche thématique 6 – Aménagement et animation de la cour d'école au secondaire. Politique-cadre pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif : Pour un virage-santé à l'école [Consultée le 22 mai 2013] www.mels.gouv.qc.ca/sections/viragesante/index.asp?page=fiche6 
29.
Kino-Québec (2013). L’activité physique et sportive des adolescentes : bilan, perspectives et pistes d’action. www.mels.gouv.qc.ca/sections/publications/publications/SLS/Sport_activite_physique/BrochAdoP.pdf 
30.
Coalition québécoise sur la problématique du poids. 5 recommandations pour permettre aux jeunes d’être plus actifs à l’école. Février 2013. 
31.
Active Living. Increasing Physical Activity Through Recess : Research Brief. January 2012. www.activelivingresearch.org/files/ALR_Brief_Recess.pdf 
32.
Kino-Québec (2009). Ma coucr : un monde de plaisir! Guide pour l’aménagement, l’organisation et l’animation de la cour d’école (école primaire). Volet 4. 
33.
Minneapolis Department of Health and Family. Play to Learn : Active Recess Through Systematic Supervision. A guide to promote active, safe and fun recess. [Consulté le 13 avril 2013] http://sss.mpls.k12.mn.us/uploads/ar_toolkit_-_revised_fall_2012_2.pdf 
34.
Howe, Freedson, Alhassan, et al. A recess intervention to promote moderate-to-vigorous physical activity. Pediatric Obesity, Volume 7, Issue 1, pages 82–88, February 2012 [Consulté le 2 avril 2013] http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.2047-6310.2011.00007.x/full 
35.
Janssen, Twisk, et al. Effectiveness of the PLAYgrounds program on PA levels during recess in 6 year-old to 12-year-ol children. British Journal of Sports Medicine. Janvier 2013. 
36.
Janssen, Toussaint, et al. PLAYgrounds: Effect of a PE playground program in primary schools on PA levels during recess in 6 to 12 year old children. Design of a prospective controlled trial. BMC Public Health 2011, 11:282. [Consulté le 16 mai 2013] www.biomedcentral.com/1471-2458/11/282 
37.
Romina et al. School Recess and Group Classroom Behavior. Pediatrics. Vol. 123 No. 2, 1 février 2009 pp. 431-436 [consulté le 18 avril 2013] http://pediatrics.aappublications.org/content/123/2/431.full 
38.
Center for Disease Control and Prevention. The association between school based physical activity, including physical education, and academic performance. Atlanta, GA: U.S. Department of Health and Human Services. 2010. 
39.
London, Mallonee et al. Evaluation of Playworks : Findings from a Randomized Experiment. John W. Gardner Center for Youth and Their Communities, 2010 http://gardnercenter.stanford.edu/resources/reports/4632.63651.finalreport.pdf 
40.
National Food Service Management Institute. . NFSMI Best Practice Checklist for School Nutrition Professionals Implementing or Assessing Recess Before Lunch in Elementary Schools. University of Mississippi www.nfsmi.org/documentlibraryfiles/PDF/20090508013951.pdf 
41.
Montana Office of Public Instruction. Recess Before Lunch. A Guide For Success. Septembre 2003. http://opi.mt.gov/pdf/schoolfood/RBL/RBLGuide2008.pdf 
42.
Bergman, Buergel et al. Relationship of Meal and Recess Schedules to Plate Waste in Elementary Schools. National Food Service Management Institute. University of Mississippi. 2003. [consulté le 21 mai 2013] www.nfsmi.org/documentLibraryFiles/PDF/20080225034510.pdf