Veille - Alimentation

Insécurité alimentaire au Canada : 1 enfant sur 6 touché

Les familles avec enfants sont davantage touchées par l’insécurité alimentaire que les autres ménages, confirment de nouvelles données canadiennes. Sans surprise, les familles monoparentales dirigées par des femmes, et celles des territoires plus au Nord, le sont encore davantage.

Ces données proviennent d’un rapport produit par le groupe interdisciplinaire de recherche PROOF, hébergé par l’Université de Toronto. Intitulé « Insécurité alimentaire des ménages au Canada 2014 », ce rapport révèle qu’en 2014, 15,6 % des ménages avec enfant souffraient d’insécurité alimentaire, contre 10,4 % pour les ménages sans enfant.

Un portrait partiel, mais alarmant

Ce rapport ne permet toutefois de fournir qu’un portrait partiel de la situation qui prévaut au Canada puisque la Colombie-Britannique, le Manitoba, Terre-Neuve-et-Labrador et le Yukon n’ont pas participé à l’enquête.

En combinant les données des provinces et territoires participants, on constate que, en moyenne, 12 % des ménages se sont retrouvés aux prises avec des problèmes d’insécurité alimentaires en 2014. Cela représente environ 1,3 million de foyers, soit 3,2 millions d’individus, dont près de 1 million d’enfants de moins de 18 ans.

Les statistiques révèlent également que 33,5 % des familles monoparentales dirigées par une femme sont touchées par l’insécurité alimentaire. Dans les Territoires du Nord-Ouest, c’est 29 % des ménages avec enfants qui vivent de l’insécurité alimentaire, alors que, au Nunavut, cette proportion grimpe à 60 %.

Du côté des provinces

Au Québec et en Ontario, l’insécurité alimentaire touche respectivement 16 et 17 % des ménages avec enfants. L’Alberta, elle, se compare au Québec, tandis que la Saskatchewan fait un peu moins bien à 19 %. La situation est un peu plus sombre dans les Maritimes, avec des taux de 21 % pour le Nouveau-Brunswick et de 22 % pour la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard.

Amélioration… et détérioration

Globalement, on note un léger fléchissement du taux d’insécurité alimentaire des ménages dans les provinces et territoires participants, si on le compare à l’année 2013. Toutefois, cette amélioration ne profite qu’à ceux qui sont réputés n’éprouver que de l’insécurité alimentaire occasionnelle, alors que ceux qui en souffrent très sévèrement ont vu leur proportion augmenter depuis 2012.

Enfin, si 60,9 % des ménages dont la principale source de revenus provient de l’aide sociale vivent de l’insécurité alimentaire, on constate par ailleurs que près des deux tiers des ménages en situation d’insécurité alimentaire (62,2 %) sont des salariés.

Un appel à l’action

Ce rapport conclut que, depuis 2005, la prévalence de l’insécurité alimentaire n’a fait que croître ou se maintenir. Il s’agit donc d’un problème de santé publique qui tarde à être résolu. C’est pourquoi les données contenues dans ce rapport sont cruciales si on souhaite développer des programmes et des politiques permettant d’éliminer l’insécurité alimentaire au Canada.

Source : Hoousehold Insecurity in Canada 2014

Veille-Action – 8 avril 2016