Veille - Activité physique

Lutte contre la sédentarité : le Conference Board encourage les actions en milieu scolaire

Investir dans des interventions durables et efficaces en milieu scolaire est devenu crucial pour lutter contre l’inactivité physique et la sédentarité chez les jeunes et les adolescents, plaide le Conference Board du Canada dans un nouveau rapport.

À l’échelle nationale, à peine 9 % des 5 à 17 ans respectent la directive des 60 minutes d’activité physique modérée à vigoureuse par jour, au moins 6 jours par semaine, rappelle le Conference Board. Et puisque les enfants et les jeunes passent à l’école une bonne partie de leurs heures de veille pendant 10 mois de l’année, le milieu scolaire s’avère un endroit idéal pour les encourager à modifier leur comportement.

20 interventions évaluées

Les auteurs de ce rapport ont examiné 11 types d’intervention pour accroître l’activité physique et 9 types d’intervention pour lutter contre la sédentarité. Toutes ces approches ont été évaluées en vertu de 5 critères : adaptabilité, rentabilité, faisabilité, possibilité de toucher le public cible et acceptabilité pour les enfants, les jeunes et les intervenants.

À la suite de cet examen, les auteurs du rapport ont pu classer les interventions en milieu scolaire destinées à accroître l’activité physique selon 5 catégories :

  • Programme d’éducation physique
  • Pauses actives en classe
  • Modes de transport actifs pour se rendre à l’école et en revenir
  • Terrains de jeu modifiés
  • Une combinaison de ces approches

Au chapitre de la lutte contre la sédentarité (les heures assises de manière ininterrompue) deux approches se dégagent : 

  • Réduction du temps passé assis devant un écran (principalement en dehors des heures de classe)
  • Réduction du temps passé assis, mais pas devant un écran (principalement en classe).

Des approches globales et calibrées

Pousser les jeunes et les adolescents à changer leurs comportements n’est pas chose facile, concède le Conference Board. Et il n’existe pas non plus de solution miracle pour le faire. Bien sûr, beaucoup d’approches reposent sur des interventions qui intègrent davantage d’éducation physique dans le cursus scolaire, un plus grand nombre de pauses durant les classes, la promotion du transport actif entre le domicile et l’école ainsi que la mise à niveau des installations sportives. Cependant, les interventions mises en œuvre pour accroître l’activité physique et diminuer la sédentarité en milieu scolaire doivent tenir compte d’un grand éventail de facteurs liés à la taille de l’établissement, à ses ressources et infrastructures, aux caractéristiques démographiques de leur milieu et même au type de climat qui prévaut dans leur région.

Source : Le Conference Board du Canada 

Veille Action – 7 novembre 2016