Veille - Activité physique

Campagne de sensibilisation aux dangers de la pratique précoce d’un seul sport

Une campagne lancée en Nouvelle-Écosse met en lumière les dangers de la pratique précoce d’un seul sport chez les enfants, ainsi que les avantages du « multisport ».

     

La spécialisation sportive précoce a non seulement des conséquences néfastes sur la santé des enfants, elle est aussi contre-productive. En effet, elle nuit à leur développement athlétique et peut les inciter à abandonner le sport à l’adolescence. Voilà, en quelques mots, le message que lancent Hockey Nova Scotia et Soccer Nova Scotia aux parents et aux entraîneurs qui poussent les enfants de moins de 12 ans à pratiquer un seul sport de façon intense.

Les enfants de moins de 12 ans ne devraient pas se spécialiser dans un sport.

« I am a recovering soccer mom »

L’humour est un des angles de la campagne Get More From Sport, menée en collaboration avec Nova Scotia Sport. Une vidéo de 4 minutes présente une parodie d’un groupe de soutien : des parents essaient de se remettre de l’« échec » sportif de leur enfant, malgré le fait qu’ils ont fait tout ce qu’il fallait pour le pousser, dès un jeune âge, à exceller. Un dévouement parental sportif qui a lamentablement échoué et causé des « drames » dans la vie de ces parents : abandon du soccer compétitif à… 7 ans, futur hockeyeur devenu… astronaute, etc.

Une tendance et des données inquiétantes

La spécialisation sportive précoce inquiète d’autant plus, qu’elle est en augmentation selon Nova Scotia Sport. Pourtant, des études de plus en plus nombreuses démontrent que le sport précoce unique est néfaste et contre-productif pour les raisons suivantes :

  • Il nuit au développement global des enfants.
  • Il entraîne des blessures au cours de la croissance.
  • Il peut provoquer un épuisement.

Les parents et les entraîneurs qui cèdent à la tentation du « plus = mieux » sont mal informés, et cèdent souvent à la pression des autres parents et des entraîneurs, mal informés eux aussi, reconnaît Sport Nova Scotia.

Un adolescent qui abandonne le seul sport pratiqué dès son jeune âge n’a pas d’activité physique de remplacement, ce qui augmente le risque qu'il devienne inactif.

L’organisme déplore également la surenchère provoquée par des entreprises privées qui profitent de cet engouement en offrant, à fort prix, des camps préparatoires hors saison. Pourtant, comme le souligne la campagne, les jeunes joueurs de soccer devraient aller jouer dans la neige, au lieu de s’entraîner en gymnase en hiver.

Des solutions

La campagne vise à mieux informer les parents et les entraîneurs qui pensent bien faire, alors qu’en fait, pratiquer plusieurs sports est essentiel au développement athlétique optimal des jeunes.

Les ligues sportives néo-écossaises se sont engagées à revoir leurs politiques et leurs calendriers pour éviter de prolonger indûment leur saison et pour que leurs entraîneurs cessent de pénaliser les jeunes qui choisissent de pratiquer plusieurs sports.

Soccer Nova Scotia a utilisé la campagne pour évaluer ses propres programmes. L’organisation a ainsi choisi de retarder le début de ses ligues d’hiver de la mi-octobre au début de novembre. De plus, Nova Scotia Hockey et Nova Scotia Soccer vont conjointement offrir des camps multisports.

Site Internet

Veille Action – 27 octobre 2016