Veille - Activité physique

L’activité physique, indépendamment du sommeil ou de la sédentarité, liée à moins d’adiposité chez l’enfant

L’enfant qui fait plus d’activité physique d’intensité moyenne à vigoureuse (APMV) présente moins d’adiposité, indépendamment de la durée de son sommeil ou de ses activités sédentaires.

L’activité physique, indépendamment du sommeil ou de la sédentarité, liée à moins d’adiposité chez l’enfant

Contrairement à ce qui a déjà été observé dans d’autres études, le manque de sommeil seul ne serait pas lié à plus de gras corporel chez l’enfant. C’est ce que révèle une nouvelle étude menée par Jean-Philippe Chaput, professeur-chercheur au Département de pédiatrie de l'Université d’Ottawa. Publiée dans Nutrition and Diabetes, cette étude a été réalisée auprès de 567 enfants canadiens de 5e année.

L’étude visait à examiner les associations indépendantes et combinées entre les comportements actifs et non actifs (temps d’activité physique modérée à vigoureuse, temps total de sédentarité et durée du sommeil) avec des indicateurs d’adiposité (pourcentage de gras corporel et ratio poids-taille). Pour mesurer ces comportements, les enfants ont porté un accéléromètre 24 heures par jour. Les données de cette étude proviennent de l’Étude internationale sur l’obésité infantile, le mode de vie et l’environnement (ISCOLE).

Dans une optique santé publique, les auteurs recommandent de mettre l’accent sur des interventions visant à augmenter le taux d’activité physique d’intensité moyenne à vigoureuse chez les jeunes.

Lire l’étude

Source : Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie

Veille Action – 1er décembre 2014