Veille - Activité physique

Y a-t-il un lien entre le prix de l’essence et l’activité physique?

L’Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie (ICRCP), en collaboration avec ParticipACTION, vient de faire paraître un nouveau dossier dans lequel il analyse les liens entre le prix de l’essence et l’activité physique.

L’objectif? Évaluer s’il y a un intérêt à hausser le prix de l’essence comme stratégie pour faire augmenter la pratique de l’activité physique.

Ils ont remarqué entre autres un lien entre le prix élevé de l’essence et l’augmentation de l’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse. Les augmentations les plus importantes de l’activité physique semblent avoir eu lieu durant les grandes fluctuations des prix de l’essence.

Les prix élevés de l’essence peuvent jouer sur le comportement des personnes en raison de l’« effet de substitution ». Par exemple, on choisit plutôt un moyen de transport non motorisé comme la marche et le vélo pour faire des courses ou comme loisir.

L’augmentation du prix de l’essence correspond aussi à l’augmentation d’activités, comme les travaux ménagers : entretien du terrain, nettoyage intérieur et extérieur, etc.

Les résultats de cette étude soulèvent toutefois des questionnements sur le plan de l’équité puisque les effets de l’augmentation du prix de l’essence étaient différents selon la classe de revenu des participants. Ainsi, augmenter le coût de l’essence comme stratégie santé n’aurait pas le même impact pour tous.

Plus de détails

Veille Action - 17 mai 2013